La mise en œuvre et la gestion de l’identité numérique est devenue incontournable dans la carrière des chercheurs et chercheuses. Il s’agit de construire sa présence professionnelle sur le Web, d’obtenir un meilleur référencement et d’accroitre ainsi sa visibilité.

Les enjeux de l’identité numérique dans le domaine de la recherche

Les chercheurs et chercheuses sont confrontés aux défis de reconnaissance, de visibilité, de communication et de promotion de leurs travaux scientifiques. Différents outils web permettent de créer, développer et gérer son identité numérique pour communiquer avec ses pairs et partager ses activités de recherche. Selon la stratégie adoptée et le temps que l’on veut y consacrer, on sélectionnera parmi les outils suivants, ceux qui sont les mieux adaptés à ses besoins :

  •  Les outils de profil : pages institutionnelles de structures de recherches, CV en ligne, réseaux sociaux professionnels (LinkedIn) et académiques (Academia, ResearchGate), Google Scholar, les identifiants chercheurs.
  • Les outils de dépôts :  archives ouvertes (ex HAL), réseaux sociaux académiques (Academia, ResearchGate), plateformes de dépôts de données de la recherche (ex Zenodo).
  • Les outils de production d’informations : wiki, blogs, microblogging (Twitter), carnets de recherche (ex Hypothèses)

Zoom sur les identifiants chercheurs

Outils de profil incontournables, les identifiants chercheurs permettent d’identifier, de façon univoque à l’aide d’un code alphanumérique, tout auteur, tout autrice, d’une production scientifique dans un environnement numérique donné. Ils sont utilisés par les acteurs de la recherche ainsi que par les professionnels de l’Information Scientifique et Technique (IST).

Certains éditeurs de base de données tels que Elsevier ou Clarivate Analytics, respectivement propriétaires des bases Scopus et Web of Science, ont leurs propres identifiants. Ils sont générés automatiquement à partir des occurrences auteurs de ces plateformes. Ces identifiants ne sont ni interopérables ni exhaustifs puisque seules les publications référencées dans ces plateformes sélectives sont prises en compte, et ce sur une plage chronologique débutant en 1995.

L’IdHal est l’identifiant rattaché à la plateforme d’archive ouverte HAL et produit à l’initiative du chercheur, de la chercheuse. Au-delà de la gestion des homonymes, il permet aussi de générer un CV et d’alimenter directement le CRAC (Compte-Rendu Annuel d’aCtivité) et le RIBAC (Recueil d’Informations pour un oBservatoire des Activités de reCherche) demandés aux chercheurs et chercheuses du CNRS.

L’ORCID (Open Researcher and Contributor ID) est ouvert, indépendant, pérenne et interopérable. Il est créé gratuitement à partir d’une adresse mail par le chercheur, la chercheuse, et plus globalement par tout contributeur, toute contributrice, d’une production scientifique. Le code numérique obtenu peut ensuite être utilisé par tous les acteurs de la chaîne éditoriale : organismes financeurs, auteurs, éditeurs. Il est d’ailleurs possible de compléter son profil ORCID avec tous (ou une sélection de) ses dépôts dans HAL.

Besoin d’aide dans la création et/ou la gestion de ces identifiants ? : bu_appui-recherche@univ-lr.fr.

Contact Service Formation-Appui à la Recherche 05.46.45.68.87 et 05.46.45.68.95 Du lundi au vendredi 8h30-17h00